( 12 octobre, 2017 )

Mon nom est Personne

Ceo Carte du PJSalut les étoiles! En fait il semble que je doivent décider d’arrêter d’avoir des considération RP pour que le reste de la table s’en inquiéter… une semaine on me reproche d’avoir trop d’émotions et de trop les jouer et après on s’étonne de ne plus me voir les jouer… J’espère que c’était juste une passade mais du coup je ne sais pas sur quel pied danser.

On a visiter la ville a la recherche d’indice pour expliquer les disparitions. Mais la seule chose qu’on a pu trouver c’est « Nomens » d’inscrit sur un mur. Comme si une personne futé avait voulu que quelqu’un sache se qui s’était passé ici et n’avais pu trouver que ce moyen pour ce faire. On a pu mettre cette information en corrélation avec une notation sur la carte que nous avions passé une nuit à reconstituer.  Tous cela semblais pointer vers le Sud-Est. lors de notre investigation Gre a trouver les restes de matériel appartenant à un de ses amis et ajoutant, grâce à son journal, un détail de plus… Il s’agirait de centaures.
Lors de notre investigation nous sommes passé au temple d’Erastil et tandis que Ceo et moi remettions l’endroit en place Canan a essayé de voler discrètement des objets… Je suis sur de m’être fourvoyer… Je l’ai laissé faire en espérant qu’elle fournisse une explication plus tard. Hélas c’est Ceo qui a remonté ces objets vers moi après les avoir identifié. Je me sens perdu dans mon jugement… Canan elle toujours été aussi irrespectueuse de ma foi? Ou bien ai je été aveuglé tout ce temps? Le conflit a ce stade de notre équipé serais la pire idée… j’ai donc gardé mes pensées pour moi… et les objets aussi. d’autant que personne d’autre ne peut les utiliser et je refuse qu’ils servent a l’enrichissement. Cela reste des objets d’église pas de dieu… et l’expérience m’a prouvé que les églises sont faillibles… en retrouvant le prêtre de celle ci je lui rendrais ses objets mais si ceux ci peuvent nous aider à les sauver je serais bien bête de ne pas les prendre.
Nous avons envoyé un messager animal délivrer un parchemin à notre communauté (via un marchand de Restov) afin qu’ils sachent ce que nous allons faire… c’est à dire partir en direction de la tribu des Nomens afin d’avoir des réponses.
Sur le chemin le mauvais temps nous à amener à nous abriter dans une vaste caverne. Mais cette dernière était le repaire de cyclopes et nous avons du nous défendre et les mettre en déroutes… Lors du combat Grerard fut mortellement blessé et je n’ai pas réussi à l’empêcher de mourir alors qu’il s’était lancé seul face à trois cyclopes. Pour être sur qu’il soit mort ou mourant j’ai tenté de lier ma vie à la sienne… en temps normal cela ne marche pas sur les morts mais cela l’a tirer des griffes de la mort… je craint de l’avoir lui aussi condamné à un terrible destin.
Cklucdull faibli, il n’a pas repéré les traces du passage de six géants dans cette caverne… je ne suis peut être pas le seul qui soit préoccupé.

Cérulé

( 11 octobre, 2017 )

Un problème sépia

Racktiel Carte du PJSalut les étoiles !  j’ai fait une pause mais c’est du a une perte de foi cette fois. Ne m’en voulez pas si je retourne à des résumé plus factuels de la partie de Kingmaker. Mais il semble que faire du RP et être traumatiser de la mort d’un autre PJ plus de d’un mois soit dérangeant pour une partie de la table de jeu à laquelle je joue. Comme je l’ai dit dans mon article sur les digressions j’ai une table qui me reproche ma volonté d’immersion… maintenant vous savez laquelle.

Nous avons réussi a reprendre le fort et le fait d’avoir un cervidé capable de grimper à la verticale d’un mur pour atteindre des arbalétriers nous a bien aidé. on s’est installé dans le fort après l’avoir vidé et on a trouvé un Spriggan paralysé en ville. Il était victime d’un sceau du serpent. Hélas avant de pouvoir nous en rendre compte par nous même Meiyoto fut lui aussi paralysé par le sort. Il semble que nos indice sur la population s’amenuisent.

( 29 septembre, 2017 )

Arrivée à Varnhold

Cluckdull Carte du PJSalut les étoiles ! Retour à Golarion pour reprendre le récit de notre dernière expédition.

La tour que nous venions d’atteindre nous avait laissé entrapercevoir des silhouettes voletant autour de son sommet. Nous défiants de ces ombres indistinctes nous avons donc laissé nos chevaux en arrière. Je ne put me résoudre à accorder mes liens vitaux à mes compagnons ne sachant si cela les sauverais plus que cela ne les condamnerais. J’étais sous le joug d’une peur  d’autant plus forte qu’elle n’était pas complétement mienne. En cela que c’est toujours l’âme de mes compagnons qui n’importait pas mon propre corps ni ma vie. Je peux mépriser le nouveau compagnon qui nous accompagnais mais je ne l’aurais jamais laissé mourir pour autant. Je peux me montrer mesquin par moment je ne serais jamais injuste pour autant… et à cette pensée je me remémorais l’attitude des prêtres d’Erastil de la Nouvelle Stetven. Je pris donc ma place deux pas derrière Meiyoto alors que Canan partais en éclaireur. Nous fûmes attaqué par des gargouilles dissipant nos doutes concernant les ombres étranges que nous avions discerné au loin. le combat ne fut pas rude. En effet mes compagnons surent mettre à mal ces créatures… mais j’ai bien senti une forme de…difficulté. Canan avait pris l’habitude de se faire soigner en prenant des décisions risquées mais payantes. Son combat s’en fut donc troublé par les blessures pour lesquels je ne pouvait être prés. Au début du combat, le pirate avait pris une forme issue des enfers. Sa peau se para d’une lividité de cadavre et de longue cornes de démon pointèrent sur sa tête. Personne ne sembla prendre ombrage ni ne manifesta de curiosité sur cet état de fait. Cela renforça instamment ma résolution prise en rentrant à Cérulé, y ajoutant la condition d’en avoir le cœur net.
Cette tour était un point d’accès au royaume qui, par temps dégagé nous aurais permis d’admirer la ville plus loin. Hélas  le ciel était loin d’être clair et outres les nuages d’où commençait à tomber une fine neige, l’horizon se noyait derrière une brume blanche et immaculée. Notre vision était donc complétement limité.
Nous atteignirent Varnhold et constatèrent les dégâts. La ville semblais étrangement abandonnée. Les animaux gisaient dans leur enclos sans qu’on puisse estimer la date de leur mort. Les habitation était vide de vie et les traces d’habitant se trouvant là nous laissèrent des plus interrogateur à l’égard de leur départ d’ici. En traversant le gué pour rejoindre l’autre partie de la ville Canan et Grerard tombèrent dans un piège. Une fosse garnie de pieux avait été sournoisement placé là pour tuer toute personnes… aucun corps n’était dans la fosse et nous étions les premiers à tomber dans le panneau ce qui mit Canan dans de mauvaise disposition… elle n’aimais pas tomber dans des traquenard aussi rudimentaire… mais la neige avait trop bien dissimulé la fosse et  nous n’y pouvions rien. Nous atteignirent le fort qui nous avait semblé habité. L’Aigle de Cluckdul avait survolé la construction et avait rapporté la présence de petit humanoïdes à la peau verdâtre et aux oreilles pointues… ces derniers loin d’être disproportionné avaient suscité une grande forme d’interrogation mais à l’issue d’un repérage rapide il s’avéra qu’il s’agissait de spriggans… Je pense qu’ils ont pris le fort en l’absence des propriétaires légitime mais je m’abstins de faire l’écho de mes idées à mes compagnons.
Nous allâmes donc à leur rencontre mais en prenant des précautions. Nos intentions étaient de négocier mais en lieu et place nous avons été attaqué… La premiere vague ne fut pas si retors mais les spriggans pouvait changer de taille…
Qu’est ce que ce fort allait nous réserver comme surprise?

( 20 septembre, 2017 )

Conflits internes

Canan Carte du PJSalut les étoiles! L’aventure reprend cette fois, enfin après un débat intérieur et une conclusion qui blesse.

J’ai repris mes habitudes de professeur pour les enfants de la ville. enfin je croyait pouvoir reprendre mes habitudes. Mes pensés négatives me tourmentaient et je me sentait loin de pouvoir gérer les relations du pays. Mes contacts avec la régence de la Nouvelle Stetven et les nobles du Brévoy m’avaient mené à une triste conclusion :  je ne veux plus avoir à faire avec ces gens. Ils sont tourné vers eux même… mais alors que je me faisait cette réflexion, je me remettait en question. Étais je mieux? La réponse me parvint comme un coup de poing; bien sur que non. Je suis toujours accroché à ma noblesse. Certes je perçoit son rôle différemment que les autres nobles… pour moi c’est une noblesse de cœur et  d’esprit et non de sang… mais au final je reste un noble de sang… et de sang corrompu qui plus est. Je décidais donc de m’éloigner du centre du pouvoir… fuyant peut être mes responsabilité de diplomate autant que pour acquérir le status de noble au sein du peuple avant de réclamer celui de mon lignage. Pour engager une transition courte et certaines mais pas abrupte pour autant, j’envisageais de n’aller au château que pour faire de la paperasse le soir et faire mes deux heures de sommeil quotidiennes.
Reste alors le problème de mon poste. J’allais voir Caelana pour lui annoncer que je passerais plus de temps en ville et que j’avais une entière et certaine confiance en elle pour rester au château afin de recevoir ceux qui souhaiteraient parler politique et diplomatie extérieur. En gros je lui disait de continuer ce qu’elle faisait en mon absence. Je perdais mes mots à la fin de la conversassions et parti quelque peu rapidement.
Le lendemain matin nous étions réunis entre aventurier… maintenant à cinq, pour parler de l’avenir du royaume et de nos prochaines actions. Je n’avait jamais caché ma volonté d’être prés du peuple mais à terme si je n’était jamais là quel image allions nous rendre de notre gouvernement? Mais Meiyoto insista pour que je reprenne les rennes du poste de conseiller. J’ai des doutes sur moi mais lui à confiance en moi… j’ai décidé de croire en son jugement. Cela officialisa complètement la prise en charge du poste de diplomate de dame Lohtarc. Lors de la discussionn des postes, Canan proposa d’infiltrer le milieux de la pègre et de le contrôler… Sur le coup je n’ai pas réagi… pesant le pour et le contre de cette proposition… Et j’ai même failli approuver… puis m’est venu une image… celle de mon père tentant d’être au commande de chaque chose et de gagner sur tout les tableaux… J’ai alors vu comment l’accès au pouvoir était en train de me transformer en politique… j’ai repensé au Brévoy et je me suis alors dit… Non! pas de compromis! Je ne veux pas ressembler à père. J’ai donc voté contre. Je ne serais pas un marionnettiste. Les accords qui sont parvenu sur ce sujet furent que Canan devrait surveiller la pègre pas la contrôler. Pour ma part j’ai conscience que cette dernière ne disparaitra pas mais je ferait tout ce qu’il faut pour que ce soit le cas… enfin tout… je ne ferais pas de mal pour autant… Je suis convaincu qu’il existe des moyens de vivre en harmonie entre nous et dans le respect des lois.
A cet instant nous fûmes interrompu par un messager nous disant qu’une personne voulais voir Sgothan Medvyed. Je n’attendais qu’une personne et je suis allé la chercher aussitôt, délaissant notre petite réunion décisionnelle. Les début de discussions avec le mangeur de péché furent houleuses. Ce dernier tentant à tout pris d’éviter de donner son titre, se cachant dernier un air outré et affirmant que « ce n’est pas un titre mais ma vie! » tandis que pour ma part je voulais m’assurer sans lui donner d’information qui permettrait à un manipulateur qu’il s’agisse bien de la personne que j’attendais. Enfin nous avons réussi à atteindre un accord et j’ai donc fait don de mon sang… d’une grande quantité de sang à cet inconnu… Il semble avoir comme sacerdoce une voie similaire à la mienne… en formant un lien vers une personne pour prendre sur lui ses peines et afflictions. J’ai donc finit dans un état d’extrême faiblesse.
Et c’est fatigué que Meiyoto est venu me voir pour m’annoncer que Canan voulais faire venir un homme dans le groupe. Ce qui me restait de sang ne fit qu’un tour… car le nom qui fut donné était celui du chef des fauteurs de troubles de la veille. Ma réponse fut simple et radical « Qu’elle amène les hommes qu’elle veux! » je m’en suis ensuite allé avec une bouteille dans l’une des ailes du château… Boire en ayant donné mon sang m’a fait tourné la tête vite mais je suis endurant et il me fallut quelques temps pour tomber. En ville j’entendais débuter les festivités desquelles je m’étais exclu. On fêtait la nouvelle année… une année… voila ce qu’il me fallait je devais résoudre cette malédiction dans l’année ou envisager de quitter ce lieu plein de distraction pour me concentrer sur mon problème. Conviction prise dans l’ivresse, le détresse et la peur de la solitude… une solitude que je devait pour l’instant alimenter sous peine de voir mes amis et êtres cher souffrir dans leur après vie.
Nous avons pris la route dès le lendemain malgré la neige et le vent. Il nous fallut deux jours pour rejoindre les frontières de notre pays avant d’aller plus vers l’Est. Mais déjà durant le soir notre nouveau compagnon diverti le groupe avec des histoires de pirate… il arborait les symboles d’une divinité lointaine : Besmara. Ceo nous expliqua la substance de cette déesse qui faisait la guerre à tout ce qui est Loi… Ainsi donc Canan avait fait venir un homme qui voyait la piraterie comme héroïque… Le message est clair… Si elle a tant besoin d’avoir un butor stupide et violent près d’elle, qu’il en soit ainsi. Si elle courtise mon frère en pur perte, qu’il en soit ainsi. Mais qu’elle ne me demande plus rien tant que mon âme est tourmenté… J’avais des sentiments mais elle choisi le mauvais moment pour les mettre à l’épreuve… j’ai d’autres chat à fouetter.
Nous avons persister pendant deux jours en territoire inconnue avant de tomber sur un étrange poste de garde.

Cérulé

( 9 septembre, 2017 )

Le ciel d’un autre monde

stigSalut les étoiles! J’avais juste fais une présentation la dernière fois mais je vais résumer là première partie que nous avons joué.

Voila quelques jours que j’avais reçu l’information que mon ami et ancien compagnon de mer, Haddjick Cornelius avais été capturé et fait prisonnier quelque part en Montaigne. J’avais été surpris mais j’étais résolu d’aller la bas voir ce que je pouvais tenter. Ma vie de pirate derrière moi depuis plusieurs mois je me croyais assez blanc pour ne pas me faire immédiatement reconnaitre en tant que tel. Je débarquais donc un port du duché d’Arrange avec un objectif mais hélas peu de moyens. Le voyage s’était passé plutôt bien et, chose assez rare pour être noté, il y avais sur le bateau une femme étrangère venue de la lointaine Cathay. Malheureusement je n’avais pu voir son visage car elle avais fait son trajet en restant tout le temps dans sa cabine. Mes tentatives de faire connaissance étant resté lettre morte.
Le capitaine regrettais mon départ ce qui se comprend car comme il fut dit précédemment j’avais une expérience de la mer étendue et rare. Cependant il fit en sorte que je ne voyage pas seul ni pour rien. En effet il me recommanda auprès de l’étrangère pour faire le trajet d’escorte jusqu’à la ville de Railleux. C’est en me faisant ainsi embaucher que j’appris son nom, Yu Meng. Elle ne voyageais pas seule, elle avais déjà une sorte de laquais qui veillais sur elle. Je n’ai hélas pas noté le nom de ce dernier mais je saurais me rattraper lors de mon prochain récit. Dès le début du trajet nous fûmes rejoins par un chevalier avalonien qui se rendais aussi à Railleux. Ce dernier répondais au nom de Galwain Steelhampstead et avais cet air que seul les hommes certain de la supériorité de leur position ont. Et pour mon plus grand malheur il s’avéra être un fervent de Théus.
Sur le trajet nous avons du faire face à des brigand de grand chemin. Le combat fut court et me permis de comprendre une chose ou deux. La première étant que lancer les hostilité sur un ennemis en surnombre et bien placé peut vous valoir une balle dans l’arrière train. La deuxième c’est que Yu avait deux armes à l’allure exotique plus pour intimider que pour être manié.
L’accueil au château de Railleux fut plutôt chaleureux. On me confondis pour un des laquais de Yu, je m’empressais de détromper nos hôtes mais ces derniers insistèrent pour que je rencontre le Duc afin d’être récompensé pour ce trajet. Haussant les épaules et me sachant déjà rétribué par Yu, je me laissai héberger. Je n’allais pas cracher sur un bon lit et un bon bain. Nous étions arrivé assez tard aussi allions nous rencontrer le Duc lors d’un diner. Ce dernier était un homme de passion et il n’est rien de plus plaisant pour ces hommes de partager cette dernière. C’est ainsi que je fit en sorte en dépits de mon éducation défaillante en terme de court, d’être le plus charmant des invité en relançant le duc sur le sujet de ses passions. Et cela ne fut pas facile car il y avait chez lui une belle femme qui disputait inconsciemment sa beauté à celle de Yu.
Le diner pris fin et nous eûmes droit à une entrevue. Le Duc s’enquit de mes intention futur ce à quoi je lui répondis sans détour car sur de l’impression que j’avais su lui rendre : « je viens en Montaigne pour libérer un ami ». Sur quoi il profita de l’occasion pour me faire comprendre qu’il avais la position nécessaire pour le faire libérer mais que pour cela il voulais que je continu d’escorter sa protégée, Yu, dans un endroit terrible d’où personne ne revient. Le chevalier ne pouvant laisser pareil quête se proposa aussi tout convaincu qu’il était d’être ici, par la grâce de Theux et la volonté de sa reine, pour une bonne raison. L’endroit en question était une foret d’où les femmes disparaissait et les homme était retrouvé mort à la bordure de celle ci.
C’est vaguement inquiet mais pas décontenancé que j’accompagnais le groupe au cœur de la foret. Mais au cour de notre errance je réalisait que la nuit était tombé et de par mon expérience de marin je me rendis compte que le ciel que nous avions au dessus de nos tête n’était pas celui de notre monde. Nous avons trouvé une femme cela tombais bien car c’était une femme que nous cherchions, un membre de la famille Dubois d’Arrange qui s’était aventuré là. Elle était redevenu sauvage mais il ne s’agissait pas notre femme. Une ombre nous parla et nous fit le récit de sa vie. Banit par les flamboyants comme par les ombres elle était venu ici pour vivre sa vie. Elle avait passé un pacte avec l’ancêtre du duc pour que ses terres soient toujours prospère. Ce pacte condamnais une femme de chaque génération à disparaitre dans la foret. Nous plaidâmes notre cas et tentâmes de négocier la libération de la jeune fille. La créature nous offrit deux alternatives : nous réussissions à négocier son retour parmis les ombres, elle nous rendrais la fille, mais si nous réussissions à négocier son retours chez les flamboyants c’est toutes les femmes qu’elle libèrerais.
Ainsi nous relâcha elle de son emprise et nous permis elle de rentrer dans notre réalité.

( 8 septembre, 2017 )

Connections divines

Meiyoto Carte du PJSalut les étoiles! le retour de l’aventure Kingmaker… alors j’ai l’impression que ça fait super longtemps que j’ai pas fait cette campagne mais en fait c’est surtout que j’ai un rythme de jeu plus disparate… enfin voici la suite.

L’analyse fut plutôt courte en réalité… de fait j’ai plus été questionné sur ma magie, mon histoire et ma philosophie. Je fus coopératif et ce en dépit d’habitude qui me menais à vouloir garder mon passé secret. Je lui ai bien dit que je comptais sur sa discrétion. Lors de nos échange et à l’issue de l’analyse magique deux conclusions pointèrent le bout de leur nez. Primo je suis en effet connecté à tout les dieux et Zyphus se sert de moi pour empêcher certains âme de mourir… ce faisant ceux qui par mon intermédiaire ont été soustrait à la mort sont marqué par Zyphus comme âme à inclure dans son royaume. C’est triste mais ça veux dire casser mon lien vital quand mes amis devraient mourir… car mieux vaut sauver leur âme en les expédiant dans leur paradis que sauver leur corps pour ensuite les précipiter dans l’abime du néant. La deuxième chose que le prêtre perçu en moi c’est que j’ai rencontré la Dame des tombes… Je serait donc déjà mort une première fois. Mais je n’ai aucun souvenir d’une telle histoire. Je me suis donc dit que cela avait du arriver lors de ma jeunesse. Seulement voila je n’ai pas grand monde à aller questionner. Mon père est mort récemment et ma mère depuis longtemps… S’il y a eu secret je doute que mon père le confia à ma belle mère. J’aime ma sœur mais elle n’a que trois ans de plus que moi et peut être ce genre de situation ne l’a pas autant touché que cela. Mais on petit frère Calum lui semble avoir mit la main sur des secrets me concernant il reste donc ma piste principale.
Mes compagnons revinrent au bout de deux jours, annonçant qu’il s’était passé un événement à la Nouvelle-Stetven qui avait mis fin prématurément aux festivités de fin d’année. Je les tint alors au courant de ma situation et leur exposait aussi les solutions palliative proposé par le prêtre dans l’attente de la délivrance de malédiction. La première consiste à me faire rencontrer des gens se faisant appeler des Mangeurs de péché. Je ne sait pas vraiment ce sur quoi cela peut déboucher mais cela reste une solution envisagé. La deuxième quand à elle est de fabriquer un objet qui isolerait mon âme du divin… alors la première conséquence serait donc de ne plus pouvoir utiliser mes capacités magique… et donc perdre mes soins. Je souscrit à cette solution si l’on peut spécifiquement viser les dieux maléfique par ce procédé. Et enfin, de manière implicite ne plus tenter de sauver mes amis. Ce qui n’est pas une solution vous en conviendrez.
Nous somme revenu à Cérulé où j’ai du faire face à la difficulté particulière de tenter de trouver mon frère. Mais grâce ou à cause d’un grabuge en ville j’ai pu mettre la mains dessus. Mais je n’ai pas eu l’opportunité d’avoir de vrai discussion avec lui. Tout au plus lui ai je arraché la concession d’une rencontre pour discuter de ce problème.
EN cherchant mon frère j’ai déranger les élans romantique de Canan avec mon autre frère Blaine… Cela me met terriblement mal à l’aise. Mais dans mon trouble j’ai rencontré Dame Lohtarc avec qui j’ai passé un moment fort agréable.
Enfin je m’égare. Peut être vous demander vous quelle est la teneur du grabuge en ville… Il ne s’agissait rien moins qu’un litige de tavernier vis à vis d’une troupe de barde… alors certes des bardes qui se croient tout permis mais rien de bien grave. tout cela est du ressort de Meiyoto pas tant du miens et je doit bien avouer que si j’ai pris une part assez active dans le déroulé de cette histoire j’ai des problèmes bien plus préoccupant que de gérer la discourtoisie de quelques troubadours.

( 4 septembre, 2017 )

Le mal a un nom mais quel est sa source?

Sgothan Carte du PJSalut les étoiles! de retours sur Kingmaker et les nouvelles s’annoncent sombres.

Le lendemain de nos sombres révélations sur ce qu’avait vécu Katelyn nous nous sommes réuni autour de l’idée de Canan. Cette dernière avait émie l’hypothèse selon laquelle le livre sur lequel elle avait fait un malaise lors de notre passage à la bibliothèque aurait un indice. Peut être allait elle lire quelques chose d’utile que son contractant voulais lui cacher. Ce ne fut pas facile mais nous avons réussi à convaincre la bibliothécaire d’accéder au livre. Sur place je fit une batterie de sort de détection et quel ne fut pas ma surprise de découvrir que le sort avait sur lui une aura maléfique. Pris d’une intuition je refit le test mais sur ma cousine. Sot que je fut, je la savait ne pas être maléfique… mais je n’avait pas testé outre mesure son aura. Mais aussitôt les dernières lettres de l’incantation fini je pu entrapercevoir l’aura qui englobait Katelyn… cette aura me submergea et je perdis connaissance. Un mal d’une puissance hors norme l’affectais. La bibliothécaire inquiète de ces derniers événements alla chercher des autorités compétentes… des prêtres en sommes. Mais la religion la plus puissante de la ville est celle de Gorum… Autant dire que la finesse ne fait pas parti de leur vocabulaire. Nous avons pour ainsi dire été mis au arrêt…  De manière religieuse bien sur. Meiyoto n’était pas avec nous mais nous lui avons fait parvenir un message pour qu’il vienne nous rejoindre. Ce qui fut loin d’être une bonne idée comme vous pourrez le constater. Au temple nous avons subit une inquisition sous l’effet d’un sort de vérité. Il en est ressorti une seul chose. Les prêtres de Gorum n’allaient pas laisser Katelyn partir il lui laissait donc deux choix… trois en fait. Subir un jugement exorcisant par Gorum via un de leur artefact… jugement qui impliqua qu’elle doivent se dédier par la suite à Gorum. Une autre possibilité fut qu’elle reçoivent les derniers sacrement et qu’elle soit exécutée. La dernière proposition étant qu’elle reste enfermé au temple jusqu’à ce que son sort de quête la tue.
Elle allait changer ses chaines d’un maitre cruel et inconnu avec celle d’un maitre violent et martial… Il y avait pire mais au moins elle reprenais sa place dans le cycle de la vie et de la mort.
Lors de la cérémonie elle devait se retrouver empalée par l’épée artefact de Gorum du temple… et c’est à ce moment que Meiyoto entra dans le temple… il fut témoin de la scène et s’insurgea immédiatement. La cérémonie se passa mal… à qui la faute? Meiyoto avais il brisé la concentration des prêtres, Gorum n’était peut être pas assez fort ou concerné, la créature avait une emprise trops grande sur Katelyn ou cette dernière ne souhaitais peut être pas être sauvée… toujours est il que la forme noire qui sembla sortir de la jeune femme se raffermie en elle avant de nous dire qu’elle allait emporter avec elle notre amie… Le corps de Katelyn s’effondra alors au sol. Dans un élan de foi l’un des templiers tenta de tuer la créature en décapitant son hôte… et la tête de Katelyn fut séparé de son corps… s’en fut trop Ceo parti en pleur à la mort de sa jumelle et j’enjoignis à Cluckdull d’aller à sa suite. Meiyoto engagea une violente discussion qu’il fut ardu de tempérer, mais au bout du compte et après plusieurs essaie il devint évident que le temple de Gorum ne pouvais rien faire pour elle. Nous testâmes le clergé d’Erastil mais leur réponse fut la même.
Nous avons donc pris une décision, nous partirions demain matin pour Restov la où nous savions qu’il y a un temple de Pharasma. Ce clergé étant le mieux placé pour nous obtenir une réponse. C’est donc avant les première lueurs de l’aube que nous chevauchions Meiyoto, Canan et moi avec le corps de Katelyn sur le chemin de Restov. Là bas les prêtres nous permirent de nous rappeler d’un élément qui semble clef à ce qui était arrivé à ma cousine. Une forme de faucheuse avait été aperçue par Ceo lors de la nuit de résurrection inopinée de Katelyn. Le prêtre nous dit alors que Zyphus pouvait être responsable et que cela correspondait bien à ses manière de faire. Canan souleva une chose qui me hante maintenant à chaque minutes… Ma malédiction qui affecte mes sorts de soins… et si elle attirait le regard de Zyphus sur ceux que je soigne… Je me suis donc proposer a un examen magique et divinatoire. Si en pensant sauver la vie des gens je condamnes leurs âmes immortelle dans la mort, alors c’est moi le véritable fléau de cette histoire. L’analyse prendrais plusieurs jours alors mes camarades s’en sont retourné vers la Nouvelle Stetven afin de finir de régler la politique là bas.

( 14 août, 2017 )

Je me nomme Stig

stigSalut les étoiles! J’ai plus beaucoup de temps pour moi en ce moment. Et on pourrait croire que comme j’ai dit reprendre mes habitudes de joueur en ligne, ce serrait à cause de TSWL mais il n’en est rien. Cette dernière semaine je n’ai consacré que 15 minutes grand max à cette activité… Par contre j’ai eu de nombreuses visite… Tant faites à moi que moi faites à d’autres. Si j’ajoute à cela le fait que j’ai un ou deux autres travails à faire en parallèle. En bref je n’ai pas beaucoup de temps.
Sur ce j’ajoute que je n’ai pas vraiment l’occasion de jouer à mon jeu préféré ; Les Secrets de la Septième Mer. Mais je développerais cela une autre fois.

Je me nomme Stig… enfin ce n’est pas mon vrai nom mais un nom d’empreint qui ressemble plus à ce que je suis. Ce que je suis? et bien un voyageur. J’eus tout aussi bien pu me nommer Reise, comme la rune du même nom et qui signifie voyage mais je ne souhaitait en rien être comparé au terrible capitaine assoiffé de sang d’un navire de mort dont la seule mention fait frémir le cœur des marins les plus hardi. Peut être cela ne vous aura pas échappé mais je suis originaire des iles Vesten. La magie coule dans mes veines mais je doit bien avouer qu’il m’est impossible de me dire Vesten pour autant. J’ignore les raisons qui firent de moi un homme de pouvoir mais elles ne me donnèrent que ce seul atout pour tracer ma route dans la vie. Je suis, en effet, né dans la ligue de Vendel a deux pas de ces aventuriers que sont les Vestenmannavnjars, une nation qui prône le commerce comme aventure et la monnaie comme arme. Je ne suis pas issue d’une famille riche ni d’une famille noble, ce qui eu été difficile étant donné que la noblesse de terre n’a pas lieu de cité dans l’ambiance bourgeoise des vendelars. Ma mère mourut en me donnant le jour et c’est un miracle que j’ai vécu jusqu’à l’age d’homme. Mon père est un forgeron employé dans une boutique de Kirk. Il est homme d’honneur mais pas assez notable pour que son nom puisse me servir de bouclier en quelque occasion. J’ai donc suivi ma voie dans le monde en partant très jeune sur les mers et océans de ce monde. De mousse je devins marin et de marin je devins navigateur. J’ai opéré sur nombres de navires et pas toujours des plus respectables… de sorte que l’on peut bien dire de moi que je suis un forban sans pour autant se tromper. La vie est ainsi faite. Mais si la rude vie de pirate a fait de moi un combattant je n’en demeure pas moins un homme à l’esprit vif, et c’est avec application que j’ai fait en sorte de pouvoir parler lire et écrire chacune des langues qu’il me fut possible d’apprendre. C’est ainsi que je sut me rendre indispensable à chacun des capitaines sous lesquels j’eus le plaisir de travailler. J’ai dit plus tôt que la magie coulait dans mes veines et ce n’est pas un vain mots. J’ai une connexion extraordinaire avec les anciens noms qui constituent la base de l’histoire Vestenmannavnjar.  et cela aussi est d’une grande utilité pour mon travail. Car jamais il ne fut donné aux navires sur lesquels je servis de tomber sur une mer d’huile plus de quelques minutes… pas plus que mes itinéraires ne nous menèrent au cœurs de terribles tempêtes. Mon pouvoir affectant le temps tant en calme qu’en violence. J’ai aussi clamé être combattant mais sans le soutient de mes glorieux ancêtres Vestenmannavnjar je ne serais qu’un piètre combattant. Car n’ayant jamais vraiment étudié l’escrime c’est une forfaiture que se nommer guerrier ou escrimeur. Mais je peut néanmoins certifier que celui qui s’en prendrais à moi par les armes aurait quand même fort à faire avec ma lame.

( 6 août, 2017 )

Le pacte de Katelyn

Katelyn Carte du PJSalut les étoiles! youhou! un résumé Kingmaker… ça faisait un bail… presque un mois dit donc.

Nous avons terminé la soirée sans plus d’anicroche. Le lendemain de celle ci Katelyn nous a dit vouloir aller à la bibliothèque de la ville. L’accueil fut plutôt agréable et comme cela fait déjà des jours que je passe mes nuits à potasser les mêmes ouvrages, du neuf était bienvenu. Katelyn quand à elle continuais de chercher sur son mystérieux résurrecteur. Il y eu un incident léger, Katelyn s’est endormie sur ses livres les déformants et le recouvrant d’un peu de bave… surement le cumul du stress tant des rencontre politiques que féerique me disait je. mais je me trompais et je n’allais pas tarder à comprendre pourquoi. Le lendemain, comme nous n’avions rien de prévu particulièrement j’ai émis le souhait de retourner à la bibliothèque et nous nous sommes donc séparé en deux équipes. Pour éviter qu’il n’y ai un assaut lorsque nous sommes séparer ou plutot pour pouvoir réagir rapidement j’ai coutume de placer un sort de rapport sur Katelyn et Canan. Et alors que le sort touchait vers sa fin j’ai ressenti que Katelyn avait un problème… elle était globalement plus affaiblie. Nous avons accouru d’autant plus vite que Canan s’était entaillée la main… un code entre nous pour dire « Ramène ton cul fissa on a besoin d’aide. ». En arrivant on a put constater qu’elle était très affaibli sur tout les points… moins forte, agile, réfléchie… sociale… Nous avons mené notre enquête auprès d’elle en la pressant de question et nous avons enfin réussi a savoir une chose qu’elle nous cachait depuis sa résurrection : Son « bienfaiteur » exigeait d’elle un sacrifice. Elle souhaitait faire du Viflin sa victime… mais comment sacrifier une chose même un ennemis à une puissance dont le pouvoir même semblait d’extirper au cycle de la vie? C’est une chose à laquelle je ne puis me résoudre. Comment à elle put attirer l’attention d’une telle créature? J’espère qu’il ne s’agit de d’une conséquence cachée de ma malédiction… si cela devait s’avérer être le cas je devrait surement partir pour trouver être loin de toute personnes… ou pire… Toujours est il qu’elle est sous l’influence d’un sort de quête qui l’oblige à tuer une créature… et un lapin de fera pas l’affaire… il faut une créature que ai la valeur de Katelyn… c’est beaucoup trop… nous n’avons pas de solution dans l’immédiat.
Dans un autre registre la dirigeante Sarona Lebeda nous a contacté de manière caché pour que nous investiguions du coté de Varnhold car elle à perdu tout contact avec eux… nous nous sommes engagé à nous y intéresser quand nous aurons le temps de nous y consacrer. Et cela semble ne pas être pour tout de suite.

( 7 juillet, 2017 )

Les réceptions sont connues pour le bon gout du maitre de maison…

Sgothan MedvyedSalut les étoiles! Je reprend le résumé de kingmaker. J’en profiterais pour caler une carte de PNJ au passage. Je ne vais pas trop aborder les PNJs n’ayant pour le moment pas un avis très marqué sur eux.

Nous avons reçu deux invitations. L’une allait de soi, c’était pour la réception prévu par le régent… on était venu à la Nouvelle Stetven pour ça. L’autre était une invitation à rencontrer les représentants de la famille Lébéda.
Notre rencontre avec les Lébédas s’est assez bien déroulé et des accord futures sont possible suivant le comment nous allons nous dévelloper.
De mon point de vu la représentante de la famille, Sarrona Lébéda, protège trop son futur seigneur… au point que celui ci ne semble que rêver d’aventure tout en sachant cette option comme impossible. Ayant vécu la dominance étouffante de mon père je ne peut que trouver sympathique ce jeune homme. Mais j’avais la chance d’être le deuxième sur l’héritage de titre alors que lui est d’office le prochain seigneur des terres Lébéda… j’avais des facilité pour me soustraire à l’autorité familiale.
Dans un autre registre nous avons aussi découvert puis rencontré le maitre d’arme du jeune Lander Lébéda, une femme ayant hérité du savoir et de l’esprit des Aldoris… Alors pour l’image de l’école j’espère qu’elle n’est pas une représentante typique… car nous avons plus eu affaire à une mercenaire qu’à la noble manieuse d’arme dont Ceo semblait s’être fait l’image.
Nous sommes ensuite allé à la réception où tout les grands seigneurs à l’exeption notable du seigneur Lodovska étaient réuni. Meiyoto fit ses ronds de jambes à toutes les familles et offris officiellement au régent un cadeau : Un arc issue des trésors de nos aventures. Il semble que nous fûmes les seuls a faire ce genre de cadeau. Lors de cette soirée j’ai pu voir ma sœur sans armure et en tenu de soirée… un tenu à la garçonne mais quand même. Elle était rayonnante.

Carte de PNJ Sarrona Lebeda

Épisode Suivant      –       Épisode précédent

123456
Page Suivante »
|