• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 avril 2017
( 3 avril, 2017 )

Héros en blouse blanche

Mat pour SensSalut les étoiles ! Je revient sur l’histoire de Sens. J’ai un peu pris mon temps pour la poster celle là. Si vous aimer cette histoire désolé que ça prenne autant de temps.

Et c’est d’un pas pressant que nous arrivâmes au grand bâtiment blanc qui fait office d’hôpital. L’odeur familière du désinfectant et des produits chimiques emplis mes narines alors que nous entrons à l’intérieur. De nombreux infirmier et docteurs s’affairent ici. Il y a toujours tellement de personnes malades ou blessé ici. J’ai l’habitude et les gémissements font maintenant parti du décors, mais ce qui pour moi est naturel, est un effort pour Mercutio. Il est mal à l’aise ici, au milieux de cette mort en suspens. Je passe souvent ici et j’en apprend deux-trois trucs. Aussi en passant je rajuste une perfusion mise à la vas vite. Hélas cette attitude a ses revers. L’homme à la perf mal réglé mets la main à une amulette à son cou en disant.
« Loué soit les bugs. »
Nous ne sommes pas des dieux. Je passe au moins une semaine par mois ici sur le banc des patients… enfin c’est à moitié vrai. Je suis de chair et de sang pas de mythe et d’Ichor. Le grattement du papier me rappelle alors à quel point ma vie va être exposé par l’un de mes amis. Car je devine déjà que Nivekh ajoutera l’anecdote à sont article.
« Ça va rajouter à ton prestige. Te plaint pas.
– Vous me désespérez.
– C’est mon boulot. »
Bah tiens. C’est une justification ou une réponse ? Akina quand à lui semble avoir regagné son élément et déclare.
« Allez voir Maria sans moi. Je vais voir si je peut être utile ici. »
Il nous salut brièvement avant de disparaître dans l’angle d’un couloir. Rejoindre le bureau du docteur Greedway est facile vu que je connaît l’hôpital comme ma poche. En entrant la sensation qui nous assaille c’est que tout est en ordre, propre et rangé.
« Bonjour madame. »
S’annonce Nivekh. Maria lève le nez de la lecture d’un dossier et d’un air interrogatif répond.
« Bonjour. »
Mercutio lui fait un salut de la main alors que je lui renvoie son bonjour de vive voix. La médecin en chef reprend alors.
« Vous ? Vous êtes tous les trois malades ?
– Pas cette fois. »
Ma réponse a au moins le mérite d’atténuer son inquiétude enfin à peine une seconde car Nivekh donne alors ses raisons.
« Je suis ici sur ordre de la voix de Hosancr pour faire un reportage sur les différents membres du conseil et comme vous en faites parti j’aimerais avoir votre ressenti sur la journée de…
– Je n’ai rien à dire ni à Hosancr ni à ses sbires.
– Mais…
– Je vous parlerais bien quand vous viendrez pour autre chose qu’apporter des boniments sur son torchon. »
En se tourne vers moi.
« Votre blessure va mieux ?
– Oh oui. Ça fait un bout de temps, maintenant, que je ne suis pas revenu presque un mois. Alors Oui ça va.
– Je souhaite juste éviter que ça ne se rouvre. Laissez moi vérifier. »
j’ôte alors ma veste pour lui montrer mon épaule gauche. Lors de mon dernier combat j’ai su limiter les dégâts. La blessure était une tranche nette et il n’aurais pas fallu une grande opération pour la traiter. Mais quand il est question de bug on met tout en œuvre pour que ça se passe bien. Elle palpe les contours de la cicatrice avant de déclarer.
« C’est en bonne voie. Et vous n’avez pas rouvert vos blessures contrairement à d’habitude. »
Elle dit ça comme si c’était une plaisanterie. Mais elle et moi savons que ce n’est pas mon genre de rester à ne rien faire, même si je suis grièvement blessé. Si je peut aider, je DOIT aider. Je remet ma veste. Maria remarque alors l’attitude de notre artiste.
« Mercutio vous allez bien ? »
C’est difficile pour lui de cacher qu’être ici le met mal à l’aise. Il est pale comme un linge mais il répond stoïquement.
« Oui. »
Elle nous englobe tous du regard.
« Vous étiez tous venu pour cette histoire d’interview ?
– Bah on l’accompagnais.
– De quoi s’agit il cette fois ?
– Une interview. »
Nivekh le fait exprès ou quoi ? Elle le sait déjà. D’ailleurs.
« Je veux dire à quoi ça va servir ? Est que Hosancr va encore essayer de ridiculiser le conseil ou est ce mon hôpital qu’il vise ?
– C’est pas mon travail de ridiculiser le conseil. Je suis là pour montrer votre travail, que vous êtes là pour le bien de la résistance. »
Maria pousse un long soupir avant de déclarer.
« Bon je vous accorde trois questions pas plus. »
Mercutio commence alors.
« Est ce qu’on à droit à plus de trois question ? »
Il a raison nous ont est pas là pour le journal on devrait pas être limité.
« J’ai dit pas plus.
– Merci Mercutio. On en a perdu une déjà. »
– J’aurais essayé. »
Dit il d’une toute petite voix.

|